Accueil / Les bonnes pratiques

Les bonnes pratiques

Tweet

Jardiner sans pesticides

Les enjeux

Immédiats ou différés dans le temps, les dangers des pesticides sont réels pour l’environnement, la biodiversité et la santé humaine. Un gramme de pesticides suffit à polluer 10 km de fossé, c’est pourquoi il est formellement interdit de traiter à proximité d’un cours d’eau, des berges d’un fossé, dans les avaloirs, les bouches d’égout et les caniveaux. Réduire, voire supprimer leur utilisation est une priorité ! Pour peu que l’on respecte certaines règles de bon sens et que l’on redécouvre les nombreuses techniques de jardinage au naturel, efficaces et simples à mettre en œuvre, il est tout à fait possible d’éviter le recours aux produits chimiques.

Les remèdes possibles

  • Choisir des plantes adaptées au sol, au climat et à l’exposition.
  • Pailler sitôt la plantation pour empêcher le développement des herbes indésirables et éviter ainsi le recours aux désherbants chimiques. Le paillis permet aussi d’éviter le dessèchement en été : le paillage vaut en effet plusieurs arrosages.
  • Installer des barrières et pièges à insectes, des abris et nichoirs à auxiliaires, créer une haie champêtre.
  • Réaliser son propre compost avec les déchets du jardin ou de la cuisine.
  • Récupérer l’eau de pluie et utiliser un tuyau d’arrosage microporeux permettant d’arroser au goutte à goutte.

Réduire la vulnérabilité des habitations aux inondations

Les enjeux

Les inondations sont une réalité contre laquelle il est illusoire de lutter. Mais, tout en gardant à l’esprit la sécurité des individus, il s’agit d’anticiper ce risque en réduisant notamment la vulnérabilité à l’inondation en elle-même. Sur le plan individuel, la réduction de la vulnérabilité passe à la fois par des mesures structurelles (construction) et sociétales (culture et conscience du risque).

Les remèdes possibles

  • Vérifier la résistance mécanique du bâtiment.
  • Choisir des équipements et des matériaux imputrescibles.
  • Mettre hors d’eau le tableau électrique, créer un réseau séparé pour les espaces inondables.
  • Arrimer les produits polluants, notamment la cuve à mazout.
  • Aménager des espaces refuges.

Sécuriser l’alimentation en eau potable et économiser la ressource dans la vie quotidienne

Les enjeux

La disponibilité de la ressource n’est pas un enjeu prioritaire pour le territoire du SAGE Estuaire de la Loire. Il n’y a pas non plus de conflits d’usage, c’est d’ailleurs pourquoi il n’existe pas de règle de répartition entre eux. Mais qu’en sera-t-il sur le long terme ? Avec le changement climatique, des experts prévoient en effet un accroissement des périodes de sécheresse pouvant créer des étiages plus importants des cours d’eau. Quant aux ressources en eau souterraines elles voient leur exploitation optimisée au maximum. Toutes ces incertitudes incitent donc à sécuriser les approvisionnements et à maîtriser les besoins futurs.

Les remèdes possibles

  • Réduire les consommations d’eau.
  • Adapter les modes d’arrosage des jardins.
  • Récupérer les eaux pluviales.